L'homme qui plantait des arbres

L’homme qui plantait des arbres

par Jean GIONO

 

Ce site contient des questions de compréhension, des activités, et des listes de vocabulaire utile pour exploiter en salle de classe le texte de L’homme qui plantait des arbres par Jean Giono.

 

Conçu pour l’utilisation des apprenants anglophones de français langue étrangère, ce site est organisé en 8 sections :

 

Références

·        Références pour trouver le texte et le film

Avant de lire

·        Questions et activités à faire avant de lire le texte

1ère partie

·        Questions, activités et vocabulaire utile en lisant la première partie du texte

2ème partie

·        Questions, activités et vocabulaire utile en lisant la deuxième partie du texte

3ème partie

·        Questions, activités et vocabulaire utile en lisant la troisième partie du texte

4ème partie

·        Questions, activités et vocabulaire utile en lisant la quatrième partie du texte

5ème partie

·        Questions, activités et vocabulaire utile en lisant la cinquième partie du texte

Après avoir lu

·        Questions et activités à faire après avoir lu le texte

 

 

 

Avant de lire

Pour vous préparer à lire L’homme qui plantait des arbres, faites les activités et répondez aux questions suivantes :

 

Préparation géographique :

1. L’homme qui plantait des arbres est une nouvelle (=une histoire courte) très célèbre de l’écrivain Jean Giono.  La nouvelle a lieu en Provence.  Trouvez sur une carte de France les villes de Sisteron, Die, et Mirabeau, et indiquez où elles se trouvent (approximativement).  Indiquez aussi sur une carte la région du Vaucluse, le Mont Ventoux (une montagne), et les rivières de la Durance et la Drôme.

 

 

Préparation de réflexion :

2.     A votre avis, quand et pourquoi est-ce que quelqu’un devient « mémorable »? (2-4 phrases)

3.     Est-ce qu’on doit être obligé de faire du bien aux autres, même si on ne les connaît pas ou s’ils n’apprécient pas nos actions?  Pourquoi (pas)?

4.     Où voulez-vous vivre: à la campagne?  en ville?  dans un village?  Pourquoi?

5.     Aimez-vous être seul(e) ou préférez-vous être entouré(e) d’amis?  Pourquoi?

 

Préparation de vocabulaire :

6.     Cherchez dans un dictionnaire bilingue les noms de ces quatre types d’arbre :

Modèle :

weeping willow

= un saule pleureur

a.

oak

=

b.

beech

=

c.

birch

=

d.

maple

=

 

Préparation grammaticale :

7.     Cette histoire est racontée aux temps du passé (l’imparfait, le passé simple, le plus-que-parfait).  Dans la littérature française, on emploie souvent le passé simple là où, dans le français parlé, on utilise le passé composé.  Les phrases suivantes sont au passé simple.  Remplacez les verbes au passé simple avec les formes convenables des verbes au passé composé.

Modèles :

Je parlai avec un berger.

à J’ai parlé avec un berger.

 

Je fis une longue balade.

à J’ai fait une longue balade.

 

Nous allâmes à la fontaine.

à Nous sommes allés à la fontaine.

a.

Je pris une route inconnue.

à

b.

Je demandai des directions.

à

c.

Un homme me dit de traverser la rivière.

à

d.

J’allai au bord de la rivière.

à

e.

J’y trouvai des enfants qui jouaient.

à

f.

Ensemble nous fîmes un château de sable.

à

g.

Un petit garçon, très content, fit un grand sourire, et moi, je ris.

à

 

Retour au début du site

 

 

Première partie

Lisez la première partie de L’homme qui plantait des arbres de « Pour que le caractère d’un être humain… » à « …Son chien, silencieux comme lui, était bienveillant sans bassesse. »  Puis, écrivez vos réponses aux questions.

 

Vocabulaire utile (première partie):

dévoile                                    

montre (verbe)

dépouillé/e

‘emptied/stripped’/ vidé

nulle part

‘nowhere’

au surplus

en plus

une quarantaine

à peu près 40

nu/e

vide

ne…que

only’

un vieux nid de guêpes

an old wasp’s nest’

la toiture

le toit

rongé

‘chewed up/eaten up’

au clocher écroulé

‘with a ruined steeple’

sans abri

‘without shelter’

des grondements

‘moanings’

un fauve dérangé

‘a crazed beast’

lever le camp

partir

herbes ligneuses

‘woody vegetation’

un treuil

‘a winch’

insolite

bizarre

rapiécé

réparé

étanche

‘waterproof/water-tight’

le soin minutieux

‘meticulous care’

une blague à tabac

un petit sac avec du tabac dedans

bienveillant

gentil, sympa

sans bassesse

avec dignité

 

Première partie : Questions de compréhension et activités

1. Pourquoi l’écrivain était-il en Provence? (La réponse n’est pas dans le texte. Imaginez !)

2. Décrivez les villages par lesquels il passait.

3. Quand il traverse cette région, il rencontre un berger, qui s’occupe de ses moutons, et qui conduit l’auteur à sa bergerie.  Devinez le sens de ces trois mots :

 

Un berger

(a) a hamburger

(b) a policeman

(c) a shepherd

Des moutons

(a) muskets

(b) mustard plants

(c) sheep

Une bergerie

(a) a barn

(b) a car

(c) a garage

 

4. Dans cette partie du texte, il y a une description de la maison du berger et du berger lui-même :

(a)             Son parquet était balayé.

Cherchez le mot parquet dans le dictionnaire et donnez un synonyme en français : 

 _________________________

Cherchez le verbe balayer dans le dictionnaire, puis donnez le nom de l’objet, en français, avec lequel on balaie :

_________________________

(b)             Son fusil était graissé.

Cherchez le mot fusil dans le dictionnaire et donnez un synonyme en français : 

 _________________________

Cherchez le verbe graisser dans le dictionnaire, puis donnez le nom de la substance, en français, qu’on utilise pour graisser :

_________________________

(c)              Ses boutons étaient solidement cousus.

        Cherchez le verbe coudre dans le dictionnaire, puis complétez cette phrase avec la forme appropriée du verbe coudre au passé composé :

        Je/J’ ____________________ trois boutons à mon manteau préféré.

(d)             Ses vêtements étaient reprisés.

Cherchez le verbe repriser dans le dictionnaire, puis donnez le nom de deux objets, en français, qu’on utilise pour repriser les vêtements:

_________________________        _________________________

 

5. Avec les informations au-dessus (#4), contrastez la maison du berger avec les autres habitations dans la région.

6. Imaginez que vous êtes à la place de l’auteur de l’histoire. Ecrivez 5 questions que vous aimeriez poser à ce berger.

7. Notez les autres mots de vocabulaire que vous avez cherchés dans le dictionnaire.

 

Retour au début du site

 

Deuxième partie

Lisez la prochaine partie de L’homme qui plantait des arbres de « …Son chien, silencieux comme lui, était bienveillant sans bassesse. » à «Nous nous séparâmes le lendemain.»  Puis, écrivez vos réponses aux questions.

 

Vocabulaire utile (deuxième partie):

les taillis

‘a thicket’

des routes carrossables

des routes où les voitures peuvent rouler

des bûcherons

‘woodsmen/lumber jacks’

en vase clos

‘like in an enclosed space

L’ambition irraisonnée s’y démesure dans le désir continue de s’échapper de cet endroit.

‘There is an irresistible desire to escape this place.’

une douche écossaise

une douche qui est froide puis chaude

mijoter

‘to stew’

des rancœurs

‘resentments’

meurtrier/meurtière

‘murderous’

déverser

‘to empty out’

des glands

‘acorns’

le soin

‘care’

fendillé

‘slightly split’

la paix

‘peace’

déranger

‘disturb’

tremper dans un seau

‘to plunge into a bucket of water’

en guise de bâton

‘as a walking stick’

une tringle de fer

‘an iron stick/pole/rod’

le combe

une vallée

reboucher

remettre de la terre

appartenir

‘to belong to’

se soucier de quelque chose

‘to be concerned about something’

trier sa semence

‘sort out his seeds’

auparavant

avant

par manque de

‘for lack of’

malgré

‘despite’

une âme

‘a soul’

une barrière en grillage

‘a chain-link fence’

les fonds

‘low lands’

                            

 

Deuxième partie : Questions de compréhension et activités

 

1. Quelles sortes de gens habitaient ces villages isolés? Donnez 3-4 adjectifs pour les décrire.

2. Pourquoi étaient-ils devenus comme ça?

3. Qu’est-ce que le berger faisait chaque soir ? Pourquoi ?

4. Quel travail le berger faisait-il pendant la journée ? Pourquoi ?

5. Etait-il troublé de ne pas avoir obtenu la permission de le faire ? Pourquoi (pas) ?

6. Quel âge le berger avait-il ?

7. L’expression « se soucier de » apparaît deux fois dans cette partie du texte. Regardez le « vocabulaire utile » puis complétez les phrases suivantes en employant cette expression:

 

Conjuguez le verbe dans l’expression « se soucier de » et complétez les phrases. Faites attention au temps du verbe (présent, passé composé, imparfait, etc.) :

 

(a) Hier soir, je _________________________________________________________.

 

(b) Quand j’étais jeune, mes parents _______________________________________.

 

(c)  Au sujet de l’environnement je _________________________________________.

 

 

8. Décrivez la vie du berger avant qu’il ne vienne en Provence.

9. Cette partie de l’histoire, où l’auteur décrit la vie du berger avant qu’il ne vienne en Provence, est écrite au plus-que-parfait. Comment est-ce qu’on forme le plus-que-parfait en français ?

10. Est-ce que le berger pensait que tous les arbres survivraient ? Expliquez.

11. Imaginez que vous êtes le/la propriétaire de la terre où Elzéard Bouffier a planté ces chênes.  Qu’est-ce que vous lui diriez en découvrant ces plantations ? Ecrivez 4-5 phrases.

12. Notez les autres mots de vocabulaire que vous avez cherchés dans le dictionnaire.

 

Retour au début du site

 

 

Troisième partie

Lisez la prochaine partie de L’homme qui plantait des arbres de «Nous nous séparâmes le lendemain.» à « Qui aurait pu imaginer, dans les villages et dans les administrations, une telle obstination dans la générosité la plus magnifique ? » Puis, écrivez vos réponses aux questions.

 

Vocabulaire utile (troisième partie):

il y eut

eut = le passé simple du verbe avoir

il y eut = il y avait

la guerre

‘the war’

ne…guère

‘hardly’

un dada

un passe-temps

une prime

‘a bonus’

la veille

‘the day before’

d’autant que

‘especially since’

des ruches

‘bee hives’

efficace

‘effective’

répandu

‘extending’

dru

‘straight’

désormais

‘henceforth’

avoir recours à

‘to resort to’

soupçonner

penser

à fleur de

à la surface de

des ruisseaux

des petites rivières

jadis

‘before, a very long time ago’

des hameçons

‘hooks’

des lièvres

des lapins

des sangliers

‘wild boars’

le foisonnement

‘the proliferation’

                            

 

Troisième partie : Questions de compréhension et activités

1. Pourquoi l’auteur est-il retourné en Provence ?

2. Traduisez la phrase :

« J’avais vu mourir trop de monde pendant cinq ans pour ne pas imaginer facilement la mort d’Elzéard Bouffier, d’autant que, lorsqu’on en a vingt, on considère les hommes de cinquante comme des vieillards à qui il ne reste plus qu’à mourir. »

Voici quelques indices :

trop de monde = trop de personnes

lorsque = quand

lorsqu’on en a vingt = quand on a vingt ans

il ne reste plus que… = il n’y a plus rien à faire sauf…

 

3. L’auteur a découvert que le berger n’était pas mort. Au contraire, « Il était même fort vert. » Choisissez la phrase qui explique le mieux cette dernière phrase :

a. Le berger avait changé de couleur.

b. Le berger avait l’air encore très jeune.

c. Le berger avait planté encore beaucoup d’arbres qui étaient verts.

 

4. L’auteur a découvert que le berger s’était débarrassé de ses moutons parce qu’ils « mettaient en péril ses plantations d’arbres. » En regardant le contexte, devinez le sens de l’expression « se débarrasser de ses moutons » :

a. faire en sorte qu’on n’a plus de moutons

b. faire en sorte qu’on a plus de moutons

c. faire en sorte qu’on a autant de moutons

 

5. Maintenant que vous avez compris le sens de l’expression « se débarrasser de », complétez les phrases suivantes en employant cette expression. 

 

Conjuguez le verbe dans l’expression « se débarrasser de » et complétez les phrases. Faites attention au temps du verbe (présent, passé composé, imparfait, futur, infinitif, etc.) :

 

(a)  La dernière fois que j’ai rangé ma chambre, je …

(b) A la fin du semestre, je …

(c)  Pour avoir une meilleure qualité de vie, on devrait …

 

6. Pourquoi le berger s’est-il débarrassé de ses moutons ?

7. Quelle est la réaction de l’auteur quand il a vu « la forêt » du berger ?

8. Quand le berger a-t-il planté ses bouleaux ? Pourquoi est-ce que cette date est importante ?

9. Au moment de la deuxième visite de l’auteur, comment le paysage a-t-il changé d’apparence ?

10. Pourquoi est-ce que personne n’a attribué les changements à l’action du berger ?

11. Traduisez la phrase :

« Qui aurait pu imaginer, dans les villages et dans les administrations, une telle obstination dans la générosité la plus magnifique ? »

12. Notez les autres mots de vocabulaire que vous avez cherchés dans le dictionnaire.

 

Retour au début du site

 

 

Quatrième partie

Lisez la prochaine partie de L’homme qui plantait des arbres de « Qui aurait pu imaginer, dans les villages et dans les administrations, une telle obstination dans la générosité la plus magnifique ? » à « Il était à trente kilomètres de là, continuant paisiblement sa besogne, ignorant la guerre de 39 comme il avait ignoré la guerre de 14. » Puis, écrivez vos réponses aux questions.

 

Vocabulaire utile (quatrième partie):

fléchir

‘to sway’

un déboire

‘a disappointment’

moururent

= le passé simple du verbe mourir

éberlué

surpris/étonné

s’éviter

‘to avoid’

on ne fit rien

on n’a rien fait (fit = le passé simple de faire)

charbonner

transformer les arbres en charbon (= ‘charcoal’)

avoir lieu

‘to take place’

un casse-croûte

un goûter/ un déjeuner/ quelque chose à manger

muet/ muette

silencieux / sans parler

convenir

‘to be suited to’

les pots-de-vin

‘bribes’

le gazogène

‘gas made from plants’

une besogne

un travail

ignorer

‘to be oblivious to’

                            

 

Quatrième partie : Questions de compréhension et activités

1. Quels problèmes le berger a-t-il rencontrés dans son travail?

2. Décrivez la visite du garde forestier.  Pourquoi était-il si étonné par la forêt?

3. Décrivez le rencontre entre le capitaine forestier et Elzéard Bouffier.

4. Qu’est-ce que l’ami de l’auteur a fait pour protéger l’œuvre du berger ?

5. Pourquoi est-ce qu’on ne faisait pas beaucoup de coupes dans ces forêts pendant la Deuxième Guerre Mondiale?

6. Avec un/e partenaire choisissez un des scénarios suivants et écrivez un dialogue :

a. Imaginez que vous et votre partenaire êtes « le grand personnage des Eaux et Forêts » et son député.  Imaginez les discours que vous prononceriez.  N’oubliez pas que ces discours devraient contenir « beaucoup de paroles inutiles ».

b. Imaginez que vous et votre partenaire êtes le capitaine forestier et un de ses gardes forestiers.  Imaginez votre conversation au sujet de la protection de la « forêt naturelle ». N’oubliez pas que le capitaine forestier doit « terroriser » ses gardes forestiers pour qu’ils restent insensibles aux pots-de-vins.

7. Notez les autres mots de vocabulaire que vous avez cherchés dans le dictionnaire.

 

Retour au début du site

 

 

Cinquième partie

Lisez la dernière partie de L’homme qui plantait des arbres de « Il était à trente kilomètres de là, continuant paisiblement sa besogne, ignorant la guerre de 39 comme il avait ignoré la guerre de 14. » jusqu’à la fin de l’histoire. Puis, écrivez vos réponses aux questions.

 

Vocabulaire utile (cinquième partie):

le délabrement

le mauvais état

mettre sur le compte de

‘to attribute to’

les lieux

les endroits

la chasse au piège

‘trapping’

les orties

‘stinging nettles’

les bourrasques

‘gusts of wind’

un tilleul

‘a linden tree’

déblayer

‘to clear away’

abattre

‘to tear down’

les pans de murs

‘bits of walls’

crépi 

‘plastered’

un jardin potager

un jardin avec des légumes

les gueules-de-loups

des fleurs ‘snapdragons’

l’épanouissement

‘fulfillment’

Lazare était hors du tombeau

[reference to the resurrection of Lazarus]

‘a revival had begun’

l’orge et le seigle

‘barley and rye’

verdir

devenir vert

l’aisance

‘comfort’

canaliser

‘to channel’

reprendre goût à

‘to regain a taste for’

méconnaissable

qu’on ne peut pas reconnaître

l’acharnement       

la détermination, la résolution

 

 

Cinquième partie : Questions de compréhension et activités

1. On trouve le mot « hameau » plusieurs fois dans cette partie du texte:

« J’eus besoin d’un nom de village pour conclure que j’étais bien cependant dans cette région jadis en ruine de désolée.  Le car me débarqua à Vergons.  En 1913, ce hameau de dix à douze maisons avait trois habitants. »

…« Le hameau comptait désormais vingt-huit habitants dont quatre jeunes ménages. »

 

Quel est le meilleur synonyme pour « hameau » ?

(a) un château (b) un hamster (c) un immeuble (d) un village

2. Décrivez les changements dans le village de Vergons.

3. Quels étaient les effets de ces changements sur la vie des habitants ?

4. Giono explique que « les prairies verdissaient ».  Regardez la définition du verbe « verdir », puis donner les définitions, en français, des verbes suivants :

 

Verdir                   devenir vert

Rougir                   ___________________

Jaunir                    ___________________

Noircir                  ___________________

 

5. Expliquez la référence au pays de Canaan.

6. Notez les autres mots de vocabulaire que vous avez cherchés dans le dictionnaire.

 

Retour au début du site

 

 

Après avoir lu L’homme qui plantait des arbres, répondez aux questions suivantes :

 

1. Pourquoi Giono a-t-il structuré son histoire autour d’une série de dates ?  Pourquoi ces dates sont-elles importantes?

2. Est-ce qu’il existe des figures de l’histoire américaine qui soient comparables à Elzéard Bouffier ? Expliquez.

3. Connaissez-vous quelqu’un de mémorable ?  Décrivez-le.

4. Pensez-vous que les Américains contemporains trouveraient Elzéard Bouffier « mémorable » ?  Justifiez votre réponse.  Est-ce qu’il a les mêmes valeurs que l’Américain moyen?  Est-ce que vous le trouvez mémorable?

5. Pour accomplir quelque chose avec passion, pensez-vous qu’il faille connaître le désespoir ? Expliquez.

6. Qu’est-ce que nous devons/pouvons faire pour protéger l’environnement ?

 

Si vous avez l’occasion, vous pouvez regarder le film de Frédéric BACK, L’homme qui plantait des arbres.  Voici quelques questions de réflexion en visionnant le film :

 

1. Quelles sont les couleurs prédominantes

a.      au début du film ?

b.     au milieu ?

c.     à la fin du film ?

2. Que signifient ces changements de couleurs ?

3. Comment les sons et la musique du film ajoutent-ils un élément important au tableau que Frédéric Back peint ?

 

Retour au début du site

 

 

Références :

 

Pour le texte de L’homme qui plantait des arbres par Jean Giono, sur l’Internet :

 

Puisque Giono n’a pas réclamé ses droits d’auteur sur ce texte, ou plus exactement il les a donnés gratuitement, le texte entier de L’homme qui plantait des arbres  est disponible gratuitement sur l’Internet.

 

Pour retrouver le texte intégral de L’homme qui plantait des arbres sur l’Internet, visitez :

 

http://home.infomaniak.ch/arboretum/pla.htm

 

 

Voici  le texte de la lettre que Giono a écrite au Conservateur des Eaux et Forêts de Digne, Monsieur Valdeyron, en 1957 :

 

Cher Monsieur,

Navré de vous décevoir, mais Elzéard Bouffier est un personnage inventé. Le but était de faire aimer l'arbre ou plus exactement faire aimer à planter des arbres (ce qui est depuis toujours une de mes idées les plus chères). Or si j'en juge par le résultat, le but a été atteint par ce personnage imaginaire. Le texte que vous avez lu dans Trees and Life a été traduit en danois, finlandais, suédois, norvégien, anglais, allemand, russe, tchécoslovaque, hongrois, espagnol, italien, yiddisch, polonais. J'ai donné mes droits gratuitement pour toutes les reproductions. Un américain est venu me voir dernièrement pour me demander l'autorisation de faire tirer ce texte à 100 000 exemplaires pour les répandre gratuitement en Amérique (ce que j'ai bien entendu accepté). L'Université de Zagreb en fait une traduction en yougoslave. C'est un de mes textes dont je suis le plus fier. Il ne me rapporte pas un centime et c'est pourquoi il accomplit ce pour quoi il a été écrit.

J'aimerais vous rencontrer, s'il vous est possible, pour parler précisément de l'utilisation pratique de ce texte. Je crois qu'il est temps qu'on fasse une « politique de l'arbre » bien que le mot politique semble bien mal adapté.

Très cordialement,

Jean Giono

 

 

Pour le texte de L’homme qui plantait des arbres par Jean Giono, en version Livre :

 

Je vous conseille la version Folio Cadet, illustré par Willi Glasauer et publié par les Éditions Gallimard, 1983, qui vient avec des activités supplémentaires et des jeux à la fin. (ISBN = 2070517853 ou 2070517918)

 

Egalement disponible, la version illustrée par Frédéric Back. Société Radio-Canada, 1989, Editions Lacombe. (ISBN 2-89085-031-5 pour le Canada, 2-07-056409-6 pour la France)

 

 

 

Pour le Film de Frédéric Back :

 

Ce film est disponible en français, vendu par la compagnie « The Video Project »

1-800-475-2638

 

http://www.videoproject.com/

http://www.videoproject.com/the_man_who_planted_trees.html

 

 

 

Pour contacter l’auteur de ce site :

 

Sarah Jourdain,

Assistant Professor of French and Pedagogy

Department of European Languages, Literatures & Cultures

Humanities 1055

SUNY Stony Brook

Stony Brook, NY 11794-5359

Phone: 631-632-7440

Fax: 631-632-9612

e-mail: sjourdain@notes.cc.sunysb.edu

 

web: Sarah Jourdain

 

Retour au début du site

 

Dernières modifications du site:  le 8 juin, 2009